AOMF Enfants – Le rôle de la Francophonie 2018-05-16T21:19:21+00:00

La Francophonie et les droits de l’enfant

L’AOMF et les droits de l’enfant

Forte d’une population de plus de 890 millions d’habitants et de 220 millions de locuteurs de français de par le monde, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a pour mission de donner corps à une solidarité active entre les 75 États et gouvernements qui la composent (56 membres et 19 observateurs).

Les missions de la Francophonie consistent principalement à :

  • Promouvoir la langue française et la diversité culturelle et linguistique ;
  • Promouvoir la paix, la démocratie et les droits de l’Homme ;
  • Appuyer l’éducation, la formation, l’enseignement supérieur et la recherche ;
  • Développer la coopération au service du développement durable.

Une attention particulière est ici accordée aux jeunes et aux femmes, ainsi qu’à l’accès aux technologies de l’information et de la communication. En effet, les Etats membres de la Francophonie sont majoritairement des Etats où la population est composée en très grande partie de jeunes de moins de 25 ans. La Francophonie compte faire de sa jeunesse un atout réel.

Or la jeunesse est un groupe vulnérable, et mérite à ce titre une attention particulière de la part des gouvernements, passant par le renforcement du cadre démocratique et par une protection juridique spécifique.

L’OIF a donc dans un premier temps incité ses membres à agir pour la résolution des grandes problématiques touchant aux droits de l’enfant et à leurs conditions, par exemple :

  • La VIIIe Conférence des chefs d’État et de gouvernement francophones de Moncton (Canada) en 1999, où les membres de l’OIF ont fortement condamné l’implication des enfants dans les conflits armés, se sont engagés à favoriser leurs réinsertions sociales, et à lutter contre le travail forcé des mineurs.
    Cet engagement fut d’ailleurs réitéré lors de la Déclaration de Saint-Boniface en 2006, portant sur la prévention des conflits et la sécurité humaine.
  • La Déclaration de Bamako de 2000, où les Etats francophones se sont engagés à promouvoir l’éducation aux droits de l’Homme, à la démocratie et à la Paix.
  • La IXe Conférence des chefs d’État et de gouvernement des pays ayant le français en partage de Beyrouth (Liban) en 2002, où les membres ont adhéré aux objectifs du programme de l’ONU « Education pour tous » (EPT), permettant l’accès à l’éducation de base pour tous les enfants.
  • La XIIe Conférence des chefs d’État et de gouvernement des pays ayant le français en partage de Québec (Canada) en 2008, où les membres se sont engagés à travailler ensemble pour contribuer à la résolution des graves crises alimentaires et à protéger le groupe social particulièrement vulnérable que sont les enfants.
  • La XIVe Conférence des chefs d’État et de gouvernement des pays ayant le français en partage de Kinshasa (République démocratique du Congo) en 2012, où les membres de l’OIF se sont engagés à combattre toute les formes d’exploitation des enfants.

Dans un second temps, l’organisation a mené sa propre action en faveur des droits de l’enfant avec le concours des réseaux institutionnels de la Francophonie comme l’AOMF.

Cette action vise notamment au renforcement des mécanismes destinés à promouvoir ces droits dans l’espace francophone, en contribuant notamment à créer, dans les pays francophones en étant dépourvus, une institution ou fonction, indépendante et spécialisée, de défense des droits de l’enfant.

L’OIF a également participé au lancement de la campagne africaine sur la ratification universelle des deux protocoles facultatifs sur la Convention relative aux droits de l’enfant et la Charte africaine sur les droits et le bien-être de l’enfant, conjointement initié par l’Unicef et le HCDH (Addis-Abeba, mai 2011), mais a aussi soutenu les travaux du groupe de travail francophone sur les droits de l’enfant, animé par le bureau du défenseur des enfants et de la jeunesse du Nouveau-Brunswick (Canada), mobilisé sur les enjeux de la formation et de la coordination des actions des différents partenaires de l’OIF.

Par ailleurs, l’OIF a conçu un portail numérique spécialement dédié à la jeunesse et aux projets novateurs qui peuvent la concerner au sein de l’espace francophone.

Célébration du 20ème anniversaire de la Convention internationale relative aux droits de l’enfant, Séminaire international sur les droits de l’enfant, Tunis, 24-25 novembre 2009

Affiche 20 ans de la Convention internationale des droits de l'enfant

Dans le cadre du suivi de la résolution sur les droits de l’enfant adoptée lors du XIIème Sommet (Québec 17-19 octobre 2008) des Chefs d’Etat et de gouvernement francophones, la Délégation à la paix, à la démocratie et aux droits de l’Homme (DDHDP) de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a organisé, conjointement avec le ministère de la Justice et des Droits de l’Homme de Tunisie, les 24 et 25 novembre 2009 à Tunis, un séminaire international sur les droits de l’enfant.

Ce séminaire s’inscrit également dans le cadre des engagements consignés dans la Déclaration de Bamako (3 novembre 2000), et des actions menées par la DDHDP, tout au long de l’année 2009, en faveur des droits de l’enfant.

Le séminaire de Tunis s’est fixé pour objectif principal de faire le bilan de la mise en œuvre de la Convention 20 ans après son adoption et de prospecter les moyens de renforcer la coopération internationale en vue d’une application renforcée de ses dispositions, en l’orientant en particulier vers les actions et programmes ciblés comme la création d’institutions / de fonctions indépendantes de défense des droits de l’enfant dans les pays de l’espace francophone ; du développement de la connaissance des situations sur les droits de l’enfant et des mécanismes institutionnels nationaux de promotion et de protection des droits de l’enfant ; et de la mise en place de programmes francophones de sensibilisation et de formation en matière de droits de l’enfant.

Programme
Rapport final